Sous un soleil printanier à Feissons sur Salins

Rencontres

Sous un soleil printanier à Feissons sur Salins

Rencontres
Frédéric, Patrice, et Florent sont associés au Gaec du Frenelet, Pascal à l’Earl Ferme de Pralin mais travaille ensemble l’hiver dans une structure flambant neuve qu’ils utilisent pour le deuxième hiver.
Gaec Du Frenelet Earl Pralin Feissons Sur Salin 13042021 1

Sous un soleil printanier à Feissons sur Salins

Plus qu’une quinzaine de jours avant de pouvoir retrouver les pâturages en espérant une météo plus favorable à la pousse de l’herbe. Situé à 1250m, à l’adret sur les versants ensoleillés, face aux vallées de Méribel et de Courchevel, nul doute que dès les premières chaleurs, l’herbe qui est déjà bien verte devrait pousser très rapidement pour le plus grand plaisir des Tarines et des Abondances qui trépignent d’impatience. 

Un investissement conséquent pour nos 4 comparses mais qui leur a changé la vie comme à leurs animaux d’ailleurs : une belle stabulation libre où vont et viennent à leur guise les vaches, logettes, distribution de céréales automatique, brosses automatique, salle de traite rotative confortable et sécurisée pour les vaches…

Au moment de la traite, c’est réglé comme du papier à musique : Pascal est à l’entrée de la salle de traite au nettoyage de la mamelle et Florent un peu plus loin au branchement de la griffe. Frédéric prend soin de racler les logettes pendant que les vaches attendent à la salle de traite, le robot racleur s’occupe des couloirs.  Il pousse les refus aux 2 chevaux avant de distribuer à l’aide de la griffe le foin en vrac sorti d’une des 3 cellules de séchage. Pas toujours facile d’en haut de savoir si la quantité donnée est la bonne. Après avoir réparti le fourrage équitablement Frédéric peut compter sur l’aide du robot repousse foin pour rapprocher régulièrement le fourrage des vaches qu’elles éloignent en mangeant. Patrice, lui, s’occupe des veaux et la nurserie est bien remplie en ce moment mais aussi de la partie administrative. 

Un investissement conséquent qui leur offre une qualité de travail qui n’a pas son égal. A la salle de traite il n’y a pas un bruit, c’est calme, les vaches sont sereines, à peine quelques meuglements par ci par là.

Ils sont fiers de leur bâtiment !

Tous les 4 sont engagés dans le collectif : à la Chambre d’agriculture, administrateur à la coopérative laitière de Moutiers à laquelle le lait est livré et transformé en fromage AOP Beaufort tous les matins, à l’Upra Tarine, au conseil municipal… et bien d’autres encore.

Et des projets ils n’en manquent pas, ils pensent déjà à travailler sur le futur et comment intégrer un jeune dans une structure comme celle-là. Le fils de Patrice a 16 ans et semble trouver de l’intérêt à l’agriculture de montagne. Ce sera peut-être le prochain à rentrer dans la structure ?

Nous les retrouverons cet été en alpage pour un Instant Beaufort à l’alpage de Pralong à Courchevel.