Pérenniser l’agriculture de haute montagne à Bonneval sur Arc

Rencontres

Pérenniser l’agriculture de haute montagne à Bonneval sur Arc

Rencontres
C’est à Bonneval sur Arc village perché à 1800m d’altitude et classé parmi les plus beaux villages de France que nous avons rencontrés Aurélien Blanc associé avec son épouse Romy au Gaec de la Jave et Sacha Anselmet salarié du Gaec.

La commune de Bonneval sur Arc, qui compte 240 âmes à l’année, située au fond de la vallée de la Maurienne et dans le parc national de la Vanoise a permis de pérenniser l’agriculture en haute montagne en favorisant l’installation des agriculteurs dans la zone agricole des Glières mise en service à l’automne 2012.

En délocalisant les exploitations ancestrales de cœur de village juste de l’autre côté de l’Arc à seulement quelques centaines de mètres, la commune, avec la construction de bâtiments adaptés, aux normes et apportant de meilleures conditions de travail a permis la pérennisation de l’agriculture en haute montagne et la cohabitation avec les activités touristiques.

Aujourd’hui, 8 ans après sa mise en service, ce système de gestion locative avec bail à ferme, fonctionne plutôt bien. Chaque agriculteur est locataire et verse un loyer.

Le Gaec de la Jave compte 50 vaches laitières de race Abondance qui sont rentrées cette année avec 10 jours d’avance : les vaches qui sont en stabulation libre ne retrouveront les pâturages que fin mai et arpenteront à nouveau les alpages de la Lenta entre 2200 et 2300 m d’altitude. Les alpages surplombent le village en direction du col de l’Iseran.

5 des 8 bâtiments de la zone agricole des Glières sont occupés par des producteurs de Beaufort qui livrent leur lait à la coopérative laitière de Haute Maurienne Vanoise. Ces bâtiments offrent une qualité de confort à la fois aux animaux mais aussi aux agriculteurs.

Les vaches passent leur temps à se faire dorloter par les brosses mécaniques qui se déclenchent automatiquement et s’arrêtent quand celles-ci ne sont plus utilisées.

Pour Aurélien qui dispose d’une salle de traite 10 postes, il faut quand même compter un peu plus de 2 heures matin et soir pour la distribution du fourrage, la traite et le nettoyage des logettes. Le robot lui s’occupe régulièrement du nettoyage des caillebotis.

Le lisier dans ce système d’exploitation est sorti en fin d’hiver et peut être épandu jusque dans les pentes ce qui est moins aisé avec le fumier. Et les pentes à Bonneval il y en a quelques-unes !!!

Enfin, cette initiative est très intéressante car elle permet une plus grande facilité de transmission des exploitations puisque chaque agriculteur est seulement locataire et paie un fermage.

Aurélien et Romy sont épaulés par Sacha salarié en CDI à l’année 25h qui a également une petite exploitation dans la zone des Glières en brebis viande Mérinos.

Ce système offre un bon compromis pour allier Agriculture et Tourisme.

Alors si vous séjourner à Bonneval sur Arc cet hiver vous croiserez peut-être Aurélien et Sacha sur les pistes, ils sont tous les 2 moniteurs de ski à l’ESF ou en alpage l’été prochain.  


Dsc 0151