Femmes et mères de familles à la tête du Gaec Chamiot Clerc

Rencontres

Femmes et mères de familles à la tête du Gaec Chamiot Clerc

Rencontres
Carole et Marie Laure sont sœurs et ont repris l’exploitation familiale en 2012, le Gaec Chamiot Clerc aux Pémonts à Hauteluce. Ces 2 femmes également toutes les 2 mères de famille ont toujours voulu faire ce métier. Aujourd’hui Carole entourée de Lucas et Léa, 4 et 2 ans, et Marie Laure de Maxime qui va fêter bientôt ces 1 an concilient leur métier et la vie de famille.
Gaec Chamiot Clerc Carole Et Marie Laure Hauteluce Beaufortain 200121 5

Elles travaillent dans un bâtiment construit en 1979 par le papa qui s’était vu traité de fou à l’époque : plutôt visionnaire ! 40 vaches de race Abondance y sont aux petits soins pendant tout l’hiver. Les génisses et les vaches taries sont bien au chaud quelques mètres plus haut dans l’ancienne écurie sous la maison des parents. Le foin récolté en vrac l’été autour des bâtiments y est distribué l’hiver à volonté directement par des trappes ou transporté en partie dans des petits balluchons de toile : la drapet en patois.

Aux beaux jours les vaches montent progressivement d’abord en montagnette à l’Echellier (1500 m d’altitude) puis à l’alpage de Plan Périots au-dessus des Saisies entre 1700 et 1900 m d’altitude. Une particularité pour cette exploitation qui dispose à chaque étage d’un bâtiment où elles réalisent la traite à l’intérieur. Elles ne font suivre que les 6 postes de traite à chaque déménagement : les 3 bâtiments sont équipés de salle de traite.

Pour Carole et Marie Laure, ce n’est pas un inconvénient d’être femme dans ce milieu : c’est une question d’organisation. Et puis elles peuvent compter à la fois sur leurs parents et sur leurs maris/compagnons pour leurs donner la main pour les travaux de fenaison ou bien s’occuper des enfants.

Mais aussi, chaque année depuis 2016 elles accueillent sur l’exploitation un jeune en apprentissage : 3 apprentis se sont succéder et à chaque fois devinez …. C’est une fille à qui elles ouvrent leurs portes. Depuis juillet 2020 c’est Léa qui a débuté son apprentissage en BTS Production animale. Originaire de la vallée voisine de Maurienne, dont les parents ne sont pas du milieu agricole, Léa envisage de devenir inséminatrice.

Même si les femmes n’ont pas été mise en lumière lors de notre campagne de communication Beau et Fort, c’est chose faite aujourd’hui puisqu’elles y ont toute leur place.