Marc Paravy

Fromager dans la filière Beaufort depuis 2015. C'est son deuxième été à l'alpage de Plan Pichu.

Marc Paravy a passé un bel été 2020 : il a exercé son métier de fromager à l’alpage de Plan Pichu. Perché à 1 954 m d’altitude, cet alpage, aussi appelé « la montagne aux 7 bergers », offre un panorama incroyable au pied du Cormet d’Arêches. La particularité de ce groupement pastoral est d’accueillir l’été les troupeaux de 11 exploitations différentes, soit un total de 420 vaches laitières ! Inutile de dire, que les randonneurs apprécient, chaque année, le spectacle.

Gérer un alpage de cette taille implique une bonne organisation où chacun maîtrise sa tâche. Le travail est réparti entre 12 personnes : assurer les 2 traites, la pose et la dépose des clôtures pour déplacer les parcs de pâturage jusque dans les pentes raides, l’entretien de l’alpage, la vente de Beaufort aux visiteurs… sans oublier la fabrication ! Car ce chalet d’alpage fabrique chaque jour seize meules de Beaufort été en pleine saison ; et huit en fin de saison, car les vaches produisent alors moins de lait.

Marc a 32 ans et il est fromager en zone Beaufort depuis six ans. C’est son deuxième été à l’alpage de Plan Pichu. Les journées sont forcément denses : quinze heures par jour en moyenne ! Il assure, tout seul, les deux fabrications de la journée : la première, de 4h du matin jusqu’à la fin de matinée ; et la deuxième de 15h30 à 23h. Et en début d’après-midi, il retourne les meules ! Son commentaire : « On bosse dur, mais dans une bonne ambiance ». Il travaille en rotation hebdomadaire : une semaine sur deux, il passe le relais à Philippe, le deuxième fromager de Plan Pichu. C’est un rythme de travail qu’il apprécie.

La saison en alpage est aujourd’hui terminée. Marc a participé au nettoyage du chalet et à sa fermeture. Ça s’est fait un peu précipitamment, le 25 septembre… car comme annoncé par la météo, 50 cm de neige recouvraient les pâturages le lendemain. Maintenant, il fabrique du Beaufort à la coopérative d’Aime. Il la connaît bien puisque c’est ici que sont affinées les meules fabriquées l’été à l’alpage de Plan Pichu.