Photos

Mardi 7 août 2018

Au pied du Roc du Vent

Alpage Les Moillettes - Roselend

C’est à la chapelle de Roselend, lieu emblématique du Lac de Roselend et du Beaufortain, qu’une cinquantaine de personnes nous ont rejoints pour partir à la rencontre de la famille Frison sur l’alpage des Moillettes. Sous le Roc du Vent, nous apercevions l’arrivée, le chalet « Le Grésillon », tout fraîchement restauré. Nous partons sur les pentes d’un alpage familial, entretenu et habité par la même famille depuis plusieurs générations. Aujourd’hui, ce sont Didier, Gisèle (sa femme), Caroline (l’aînée) et Céline (la benjamine) qui font vivre ce pan de montagne, entre le Lac de Roselend et le Lac de La Giettaz.

Après une heure d’ascension, nous arrivons donc à destination avec une vue à couper le souffle. Et dire que cette famille en profite tous les jours de juin à octobre ! Apéritif et dégustation de Beaufort, ce ne sont pas que les vacanciers qui en profitent mais aussi toute la famille et leurs amis. Nous nous retrouvons donc à 70 sur le plateau du chalet avec d’un côté les lacs, de l’autre le Roc du vent (et sa via ferrata) et le troupeau de 80 tarines.

Pique-nique pour certains et grand buffet canadien pour la famille et les amis qui véhiculés et bien organisés, avaient ramené tables, chaises et parasols. Pour les alpagistes, c’était ensuite l’heure de la sieste. Pour les vacanciers, ce fût le moment de répondre à toutes leurs interrogations dans ce décor splendide qui les entoure.

Notre guide du jour, Cyriel, a commencé l’après-midi avec des explications sur l’histoire du Lac de Roselend, de l’ancien village et des barrages hydrauliques des deux lacs. Il a poursuivi par une présentation de l’agriculture de montagne, les adaptations et la place de l’homme dans ce milieu montagnard. Sans oublier la lecture de paysages avec l’évolution et la transformation des montagnes par l’homme pour rendre les alpages accessibles et les entretenir.

Il est ensuite l’heure de la traite et du goûter. C’est impressionné que tout le monde a pu observer ces jeunes femmes se mettre au travail et traire ce troupeau de tarines. Le lait sera ensuite descendu au bord de la route pour être livré à la Coopérative Laitière de Beaufort. Gisèle, la maman, avait préparé du farçon (plat typique savoyard) pour le goûter, accompagné de jus de pommes.

L’orage menaçant, tout ce petit monde est redescendu de l’alpage après avoir passé une journée en totale immersion avec cette famille d’alpagistes. Merci pour l’accueil !