Photos

Jeudi 2 Août

Le sommet des sens

Alpage du Cuvy - Arêches Beaufort

Retour au Cuvy ! Après le RDV 9 qui voyait passer le sommet de la course de ski-alpinisme de la Pierra Menta juste sous le chalet du GAEC du Cuvy à moitié recouvert par la neige, c’est le chalet dans sa tenue chaude que nous retrouvions cette fois pour un RDV estival, sur fond de Mont Blanc bien dégagé.

Mireille, la productrice qui nous accueillait, et Audrey de la coopérative du Beaufortain, consacraient la matinée aux enfants : l’atelier des 5 sens de l’AFTALP leur faisant découvrir l’odeur du foin, le goût de l’eau de cuisson des endives (Beuhârk!) ou de l’eau citronnée (plus douce!), les céréales qui peuvent être données aux vaches…etc.

Surtout il s’agissait de comprendre la fabrication d’un fromage. Alors, pour faire du fromage il faut ?

Du lait ! Et pour que la vache fasse du lait qu’est-ce qu’il faut ?

Que la vache ait un veau ! Comme nos mamans, qui auront du lait quand elles auront un bébé.

Dans ce lait on met de la présure, on laisse reposer et on a comme un yaourt. Que l’on va « brasser » avec une mandoline… non, pardon, avec un tranche-caillé pour séparer les grains qui vont faire la pâte du fromage, du petit lait. Et quand on sort cette pâte, on la presse, en la retournant, pour bien faire égoutter le petit lait qui resterait dedans.

Viendra ensuite l’emmorgeage, quand on frotte le fromage avec de l’eau très salée pour qu’il prenne lentement sa saveur et sa consistance.

Pour que l’expérience réussisse rapidement il faut tricher un peu, en chauffant le lait et en mettant plus de présure, ce qui permet d’avoir un fromage prêt à affiner en moins d’une demi-heure. Evidemment dans la réalité on prend un peu plus de temps, et on « brasse » plus consciencieusement, mais les gestes que les enfants ont pratiqué sont les mêmes que ceux des fruitiers.

Le midi c’était pic-nic ou tarte au Beaufort pour celles et ceux qui avaient réservé leur table au chalet de Mireille, puis direction le Rognoux pour voir ce qu’est une machine de traite mobile, comment ça fonctionne, comment on garde rafraîchit le lait du soir pour qu’il soit ramassé le matin, goûter les croquettes de céréales vues le matin, essais de bottacul (le fameux tabouret à traire)… Et voir les vaches, ce qu’attendaient tous les enfants ! Mais interdiction de les caresser, si on les approche elles vont croire qu’il est déjà l’heure de la traite et se bousculer devant la machine à traire !

Celle de Mireille sert l’été en alpage, où elle est bougée tous les 4 jours, puis débarrassée de ses roues elle sert l’hiver à l’étable.

A la redescente une bonne fondue de saison attendait les familles bien courageuses.