Photos

Lundi 30 juillet 2018

Traite au sommet

Alpage Chalet de la Chal - Saint-Jean-d'Arves

Par cette chaude journée de lundi (qui a dit qu’on n’aura jamais le lundi au soleil ?) une jolie marche attendait les 80 personnes venues devant l’office du tourisme de La Chal, pour gravir plus de 200 mètres de dénivelé jusqu’à l’alpage de Yann BESSE.

Yvan le colporteur, Julien de la SICA de L’Arvan (qui gère les magasins de la coopérative des Arves) et Dorian notre fougueux stagiaire ont chacun pris un groupe pour pouvoir discuter plus facilement avec les gens, et toute la troupe s’est engagée sur la piste bleue du Lait (ça ne s’invente pas).

L’accueil en haut était magique avec les stagiaires de Dynamic Music qui ont chanté des ritournelles africaines et joué jusqu’aux tubes de l’été, de Hey Pachuco du film  The Mask (qu’ils et elles n’ont pas l’âge d’avoir vu au cinéma) à Despacito (qu’ils et elles ont l’âge d’avoir acheté en streaming).

Les remontées mécaniques de la station des Sybelles avaient aussi joué le jeu en proposant des tarifs réduits pour nous rejoindre par le Charvin Express ou depuis Le Corbier, tant et si bien que nous partîmes 80 mais par un prompt renfort nous nous vîmes 500 en arrivant à la dégustation !

On a été vite à court de cubes de fromages et de boissons !

La pause pic-nic permit à notre colporteur de parler plus en détails du Beaufort, de son histoire, de ses caractéristiques, de son importance dans le maintien de l’agriculture en montagne et comment ces prés fauchés et pâturés ont aidé les stations de sports d’hiver à se développer.

Puis ce fût au tour de Valérie BENOIT, accompagnatrice en montagne, d’emmener le groupe à la découverte des sommets qui nous entouraient, des vertus médicinales de la flore dont ils regorgent, et de l’économie de l’agriculture de montagne avec les paysages entretenus ainsi que la double-activité de certains éleveurs (l’été à faucher les prés, l’hiver à y enseigner le ski).

Enfin Yann BESSE, producteur de lait pour le Beaufort, amenait deux bêtes hors du troupeau pour permettre au public d’apprendre à traire une vache. Les petits et les grands s’appliquaient, la bouille était pourtant loin d’être remplie à la fin de cette traite et cela mettait en perspective une partie du travail que nos producteurs font tous les jours, deux fois par jour, qu’il pleuve ou qu’il fasse trop chaud !

La journée s’est terminée avec des échanges entre les plus courageux restés depuis le matin et le producteur, animés par Emmanuelle BUISSON de l’office du tourisme.

Finalement tout le monde est redescendu enchanté par cette journée (trop ensoleillée), même Arvi, la mascotte du village, bien qu’un peu déçue de ne pas avoir retrouvé Beaufortine… Quelques uns se sont déjà donné rendez-vous pour le concours de fondue savoyarde organisé par l’office du tourisme jeudi.