Photos

Mercredi 25 juillet 2018

Immersion au Groupement Pastoral de Plan Pichu

Alpage de Plan Pichu - Granier

La filière Beaufort totalise 8 groupements pastoraux, reprenant la tradition des fruits communs où les paysans de la vallée montaient leurs vaches pour l’été, avant de les reprendre au village pour l’hiver. Celui de Plan Pichu regroupe plus de 400 laitières, réparties en 3 troupeaux. Les vaches d’un même propriétaire sont réparties dans les 3 troupeaux.

Le lait est ramené au chalet pour être fabriqué deux fois par jour, ainsi que du sérac et du beurre, vendus sur place ou à la coopérative d’Aime.

Pour y accéder les familles venues avec les enfants ont marché depuis le parking de Laval par le sentier qui permet de découvrir les chalets construits pour ne pas subir les avalanches et la chapelle de la vallée. Dorian qui a passé tous ses étés ici a pu identifier quelques plantes exceptionnelles visibles au bord du chemin comme le lys martagon.

Une dégustation de Beaufort d’hiver et d’été de jus de pommes et de vin attendait notre courageuse troupe au chalet où Guy, ancien fromager s’est fait un plaisir d’expliquer les étapes de fabrication du Beaufort depuis la mise en cuve du lait fraîchement trait, l’emprésurage, le décaillage avec le tranche-caillé, la cuisson, le test du pâton, le sous-tirage sous vide, les retournements avec changement des toiles…

Didier, producteur associé, prenait le relais dans la cave où les meules sont plongées dans le bain de saumure puis emmorgées afin de commencer leur affinage (qu’elles termineront en vallée à la coopérative d'Aime).

Puis le groupe s’est dispersé le temps de pique-niquer ou d’apprécier le menu spécial Beaufort concocté par Annie au refuge de la Coire, avant de se retrouver autour d’une des 3 machines à traire: un moment attendu par les enfants pour enfin savoir comment on fait le lait !

Les machines à traire mobiles, la gestion des repas, l'entretien de l'alpage, les races de vaches, autant de question qui ont su trouver des réponses au cormet d’Arêches.

A la descente Philippe le fromager s’occupe de retourner une dernière fois les fromages de la veille, avant de recevoir le lait de la traite cet après-midi.

Les amoureux des plantes ont ensuite bénéficié de la passion de Roger, botaniste « toujours en herbe », sur le sentier botanique aménagé en 1992 en face de l’alpage. L’occasion d’expliquer les fleurs simples composées ou sur-composées, d’observer les différentes espèces de campanules ou d’orchydées qui poussent dans nos montagnes, de savoir différencier la gentiane (dont les feuilles poussent par deux et dont la racine se consomme) (dans la main droite de Roger) de la vératre (dont les feuilles sont alternées et qui est toxique) (dans sa main gauche).

Cette immersion en alpage était ensoleillée par l’étoile des montagnes, l’edelweiss, avant que chacun ne redescende tranquillement pendant que les orages grondaient dans les vallées voisines.